Randonnée, Jeffrey, et OREO™

Aloha!

Voilà donc une semaine que nous vous avons donné des nouvelles. On est en vie, bien sûr. On prend les plis du mode de vie hawaiien, on est relaxe! (mais pas trop!)

Bref, on vous avait laissé lors de notre dernière journée de travail la semaine passée. On a naturellement commencé la semaine avec un passage à la plage lors de l’après-midi. Les vagues étaient tranquilles, étonnamment, mais ça l’a fait du bien de relaxer après notre dur labeur. On a prévu faire une bonne grosse randonnée le lendemain, alors on peut se le permettre! (attention, on vous gâte en photo cette semaine, héhé)

Juste avant d’aller à la plage, on a eu la visite d’un ami; Jeffrey! Jeffrey habite un peu plus haut que nous dans notre rue. Il a 67 ans, de descendance espagnole, vietnamienne, philipinienne, chinoise… Jeffrey est autiste. Il est extrêmement gentil et est venu nous porter à chacun de nous un petit cadeau; deux boussoles. Il est aussi extrêmement bavard… Si vous saviez tout ce qu’il raconte sur les créatures mythiques des fonds marins… Il est aussi un grand amateur du lancer du javelot. On a bien sûr pris quelques photos avec lui. Il nous rend maintenant visite régulièrement!

Le vendredi, nous sommes allés en randonnée, et elle n’aura pas été de tout repos. La Ka’Awaloa Trail de son doux nom, n’est pas de tout repos. Longue de 4 miles (aller-retour) avec un dénivelé d’environ 400 mètres, elle peut être pénible, si on se fie à notre bon vieux Conar. La descente s’est bien passé, avec beaucoup d’arbres au début, du cane grass, et des vues magnifiques sur le Pacifique. En fait, plus l’on descend, plus on s’en approche pour atteindre la Kealakekua Bay, on peut s’y baigner et observer le fond marin. Plus la descente continue, plus le paysage change. Les arbres laissent place à des roches, du sable et beaucoup de petits arbustes secs, laissant toute la place à l’océan. Ça devenait parfois périlleux puisqu’on était souvent tenté de regarder l’océan au lieu de l’endroit où l’on mettait les pieds… Rajoutez à cela un soleil qui tape très fort et vous avez un beau petit cocktail… Bref, on a hâte d’en voir le bout.

En bas, on atteint le monument de Captain Cook, explorateur britannique décédé en 1779 à cet endroit même. Ce n’était pas un naufrage, il s’est juste chicané avec les tribus de la place. Ça lui apprendra de vouloir kidnapper le roi des Hawaiiens… Bref, le monument est aujourd’hui un territoire britannique, mais nul besoin de passeport pour y accéder… La structure est simple, c’est plutôt un signe symbolique pour ceux l’ayant atteint par la randonnée. La baie elle-même est la vraie récompense. Située au bas d’une falaise abrupte, les vues y sont magnifiques. On se baigne pour se rafraîchir et Jérôme m’explique comment fonctionne installer mon tuba (imbécile, je suis). On explore le fond marin pendant une bonne heure et demie. Jérôme prend de belles photos… Et il est bientôt l’heure d’affronter la remontée.

En début d’après-midi, on remonte. On commence en lion, mais on se rend bien compte que la montée ne sera de tout repos. On prend des pauses à chaque demi-mile ou environ pour s’hydrater, sous un soleil brûlant. On commence à avoir hâte de voir les arbres, question d’avoir un peu d’ombre. On arrive finalement au sommet, se promettant d’aller à la plage le lendemain.

Le lendemain (samedi), on a grasse-matiné un peu, et on s’est dirigé vers la plage. Les vagues n’étaient pas trop grosses encore une fois. Rien d’effrayant. Du bon temps… Le soir, on a voulu tester les cinémas d’ici, question de comparer avec notre bon vieux Cineplex. On est donc allé voir Mad Max en soirée. Le cinéma est surprenant tellement c’est semblable au nôtre. Bien sûr, tout est un peu plus petit, mais on est satisfait. (Et ils servent de la bière.)

Dimanche, on se réveille par temps venteux. Jérôme me demande si le vent va affecter la force des vagues à la plage… Avec les dernières journées tranquilles qu’on a eu à la plage, on se demandait si les grosses vagues reviendraient un jour… Notre interrogation fut de courte durée, puisque les vagues du jour étaient effrayantes. Manifestement Jérôme, le vent joue pour beaucoup… On a même écourté notre séjour à la plage tellement les vagues pouvaient être dangereuses… Et aussi parce que tout notre stock (serviettes, sacs, etc) a été mouillé par un raz-de-marrée.

Finalement, on vous laisse avec notre « OREO board ». C’est notre palmarès des meilleures saveurs de OREO qu’on a goûtées durant le voyage, compte tenu de notre obsession pour ce biscuit, et la quantité incroyable de saveurs différentes aux États-Unis. Bref, on est niaiseux.

Ici, on commence notre fin de semaine. Notre début de semaine s’est bien passé. On a arraché beaucoup de mauvaises herbes, coupé beaucoup d’arbres et on en a replanté aussi! Et comme vous pouvez le voir, on a cueilli pas mal de bananes!

On vous laisse sur quelques vidéos de nos premières semaines. Merci de nous lire!