Un, deux, trois... Kona !

Bonjour, voici une petite mise-à-jour qui devrait être plus courte que les autres, mais ça se peut que je m’emporte avec les mots…

Aujourd’hui, on avait congé de travail de ferme! On est donc allé se promener dans la ville de Kailua-Kona, ville principale de l’ouest de la Big Island. Elle est située à une dizaine de miles (16 km). On avait comme plan de tester le système de bus ce matin pour y aller, mais Sue nous a vu sur le bord du chemin alors qu’elle allait porter les enfants chez leur père, elle nous donc « lifté » au centre-ville puisqu’elle s’en allait travailler.

Arrivés en ville, on décide de marcher une bonne partie de la Ali’i Drive, principale artère du quartier touristique de Kona. Boutiques de touristes et petits restaurants se côtoient. Pas beaucoup de plages à l’horizon, mais il y a quand même quelques petites aires pour se baigner. On a décidé d’aller dîner sur une terrasse Splasher’s Grill, où Jérôme a bu une quantité impressionnante de Coca-Cola. La bouffe était bonne, quoi qu’assez américaine. Satisfaits, nous étions.

Durant l’après-midi, on a continué d’explorer Kona, en plus d’aller se promener sur le bord de l’océan. On a aussi passé un bon bout de l’après-midi à comprendre comment le système de bus fonctionne… C’est pas le RTC, les amis… On a finalement trouvé un arrêt de bus sur la route. Deux retraités américains du Nevada se sont joint à nous. Ils étaient un peu perdus et nous ont demandé conseil. En bons Québécois que nous sommes, on a essayé de les aider. L’homme, en bon républicain qu’il était, s’est impatienté et a décidé d’appeler un taxi. Le bus s’est pointé une quinzaine de minutes en retard. Bon, on commence à avoir le « Hawaiian Mindset », donc c’est pas très grave. À noter que notre cowboy et sa femme se sont mis à courir après le bus à ce moment là.

L’autobus est impressionnante! On a pratiquement l’impression que tout va arracher à la moindre bosse rencontrée sur la route. Une trentaine de minutes plus tard, on arrive, sains et saufs, la bus continuant son chemin dans un incessant vacarme.

Sur le chemin du retour, Jérôme prend la peine de se mettre de la crème solaire pour la première fois de la journée. Mais à la vue de ses épaules, on se doute bien que le dommage est fait. Bravo champion! On rencontre aussi notre premier caméléon; il a trois cornes! C’est apparemment un Trioceros jacksonii, selon recherche vite-vite sur Google. Bref, jeunes excités comme on est, on l’a pris en souricière pour le photographier.

Fin d’après-midi, on arrive à la maison. Jérôme y va d’une de ses bonnes citations très aléatoires de la journée.

« On devrait faire des pompes », dit-il. Ce qu’il fit tout seul comme un grand, avec un enthousiasme de très courte durée. Ça devait être le son de la Compagnie Créole dans ses oreilles qui l’a démotivé un peu.

Sur ce, on vous quitte sur un morceau de Richard Cheese, juste avant de préparer le souper. C’est notre chanson du moment qui colle bien avec notre environnement. (Oui oui, c’est bel et bien un cover de Guns ‘N’ Roses!)